A la découverte d'un objet familial peu banal...

Archives de l'Etat de Belgique (Namur), état civil de Pesche, registre des naissances
Archives de l'Etat de Belgique (Namur), état civil de Pesche, registre des naissances

Voici le premier article d'une toute nouvelle catégorie qui s'appellera : "Patrimoine et objets familiaux". Et ce premier article va traiter d'un objet familial, que l'on pourrait même dire "privé", ayant appartenu à RENARD Augustin (dont on peut voir la signature ci-contre). Cet objet n'est vraiment pas banal et c'est une chance incroyable qu'il soit encore préservé à ce jour. Intrigué?? Je vais vous expliquer quel est cet objet. Nous allons remonter dans le temps, un peu plus de 220 ans en arrière. Commençons par le commencement et remontons  à la période de la Révolution française...

RENARD François, mon arrière (4x) grand-père, vit à Pesche (Province de Namur- Belgique) avec son épouse GADOT Marie-Rose, qu'il a épousé en 1786. Le vendredi 25 septembre 1789, François devient papa pour le seconde fois et c'est un garçon. Il lui donnera le prénom d'Augustin Joseph. Six enfants naîtront après lui. Augustin grandit à Pesche et pendant son adolescence , son père devient "garde-forestier". En 1808, Augustin est devenu un homme , il a 19 ans et il est boucher de profession. Le 19 octobre 1808, il rentre dans le 14ème Régiment d'Infanterie de Ligne (voir le document ci-dessous).

Ministère de la Défense de la République française - Mémoire des hommes, registres matricules des sous-officiers et hommes de troupe de l'infanterie de ligne (1802-1815), SHD/GR 21 YC 125
Ministère de la Défense de la République française - Mémoire des hommes, registres matricules des sous-officiers et hommes de troupe de l'infanterie de ligne (1802-1815), SHD/GR 21 YC 125

Grâce à ce document, nous apprenons quelques informations précieuses sur lui : il mesure 1m68, il a les cheveux blonds et les yeux gris, un large nez ; son visage est marqué par la petite vérole...

Source : Frederic Pouvesle@ www.histofig.com
Source : Frederic Pouvesle@ www.histofig.com

Le 28 mars 1808, il passe au 18ème régiment comme fusilier. Le fusilier est le soldat de "base" de l'infanterie. Un peu avant juillet de la même année, il se trouve tout près de Vienne en Autriche. Le 5-6 juillet 1808, il participe à la bataille de Wagram. Lors de cette bataille, il est blessé et il sera secouru pour être soigner. Malheureusement, il est tellement blessé qu'il doit être amputé de son pied jusqu'à un peu plus haut que la cheville. On ne peut imaginer la douleur qu'il a dû vivre et la lente guérison, car n'oublions pas que nous sommes au tout début du XIXème siècle. Il rentrera au pays handicapé. Sur les actes de l'Etat-Civil, il sera mentionné comme "ex-militaire" dès décembre 1809. L'illustration ci-contre nous montre la tenue du fusilier du 18ème régiment, ce qu'Augustin devait porter lors de la bataille.

Malgré son handicap, Augustin se mariera à Pesche en 1809 avec BASTIN Augustine et ils auront 3 enfants ensemble. Il apprendra à signer vers 1818 car on retrouve sa signature pour la première fois sur un acte de 1820. Alors qu'il est toujours considéré comme "retraité militaire", il devient "Garde-champêtre" en 1819 et exercera cette profession durant quelques années. Il changera de profession car on le retrouve "Marchand de bois" en 1845. Il connaîtra les joies d'être grand-père pour la première fois en 1844, ensuite en 1846 et 1847.

Le lundi 5 février 1849, à 7h du matin, à Pesche (mais dit domicilié à Regniowez, commune française se trouvant à quelques kilomètres de Pesche), sous le titre de "retraité militaire", Augustin décède à l'âge de 59 ans.

En 2008, à Cul-des-Sarts (Province de Namur - Belgique), lors d'une visite du musée consacré à la vie du village et de la région à la fin du XIXème siècle, je découvre un objet étrange et qui m'interpelle. En y regardant de plus près et en lisant le petit papier explicatif, je découvre que cet objet est la prothèse de RENARD Augustin... Les informations officielles écrites correspondent parfaitement. Je n'en croyais pas mes yeux!

Photo de l'auteur © Authome P.
Photo de l'auteur © Authome P.

Cette prothèse appartenait donc bien à mon arrière arrière arrière arrière grand-oncle RENARD Augustin. Il n'aura malheureusement pas droit à la médaille de Ste-Hélène car il fallait toujours être en vie en 1857 (année de sa création) pour la recevoir.

Voilà une exceptionnelle découverte qui ne peut que me rendre ému, mais aussi admiratif de ce membre de la famille, oublié par le temps et qui pourtant, a combattu dans la grande Bataille de Wagram sous Napoléon Ier.

L'article de mercredi prochain racontera comment on peut découvrir une ascendance bourgeoise depuis un cultivateur : Quand la grande bourgeoisie cachée derrière le cultivateur Henri LEGRAIN de Malonne refait surface...

A mercredi prochain.

Réponses aux commentaires :

#1 : Merci beaucoup Stéphane.

#2 : Bonsoir Francine, merci pour votre commentaire. Effectivement, mais l'émotion fut plus forte quand j'ai eu la confirmation des informations et que j'ai retrouvé les informations dans la fiche-matricule.

#3 : Merci beaucoup Michele

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Stéphane Decarnières (jeudi, 05 octobre 2017 07:06)

    Superbe découverte et très très intéressante source d'information que les registres de matricules, super poste.

  • #2

    Lamer Francine (jeudi, 05 octobre 2017 13:02)

    Bonjour,
    Très bel article, quelle a dû être votre émotion en voyant cet objet. Merci pour cet article.

  • #3

    Michele Degueldre (vendredi, 06 octobre 2017 07:39)

    UN GRAND B R A V O