Les meuniers DEPREZ de Spiennes, de père en fils

Voilà une profession que l'on rencontre peu souvent dans sa généalogie : meunier. Au cours de mes recherches du côté paternel, j'ai découvert non seulement que je descendais de 2 générations de meuniers par la famille DEPREZ, mais que cette profession était restée dans la famille à Spiennes, via le frère de mon ancêtre. Curieux d'en savoir plus sur l'histoire de ce Moulin, je me suis vite rendu compte que les documents étaient peu nombreux. Mais regroupons les informations trouvées et essayons d'en établir l'histoire.

Albums de Croÿ, Comté de Hainaut, vol. VI, p 190-191, éd. Crédit Communal, 1990
Albums de Croÿ, Comté de Hainaut, vol. VI, p 190-191, éd. Crédit Communal, 1990

Le Moulin dont nous allons parler se trouve à Spiennes (Hainaut-Belgique), petit village non loin de la ville de Mons, alimenté par la rivière "la Trouille". La date de sa construction n'est pas connue, mais elle date d'avant 1595. Dans les Albums de Croÿ, nous trouvons une vue du village de Spiennes, réalisée en 1599, sur laquelle on peut voir la représentation du moulin en question (voir image ci-contre, à droite). Il est dit qu'il est de briques et pierres blanches, avec un toit en ardoises à double versant, avec roue à aubes1. Petite description certes, mais au combien précieuse. Sur la représentation, on peut même voir un porteur de sac auprès du moulin (tout à fait à droite). La ville de Mons se trouve au loin, en arrière plan.

Mon ancêtre DEPREZ Jean-Philippe, âgé d'environ 37 ans, est mentionné pour la première fois "Meunier" à Spiennes en 1726. Il est marié et il est papa de 9 enfants. Il est a nouveau mentionné "Meunier" en 1728, 1735 et 1746 (année de son décès). Son fils (mon ancêtre) Jean-François, âgé de 26 ans, est mentionné "Meunier et Censier" dès 1746, mais du moulin de Villers-Sire-Nicole (France). Il y vivra le reste de sa vie et y aura descendance. Son frère DEPREZ Philippe Joseph vit à Spiennes. Agé de 34 ans en 1759, il se marie avec FLEURIS Catherine et aura descendance. En 1769, Philippe est le locataire et meunier du moulin de Spiennes, qui appartient à Messire Florent Henry Maximilien (Comte de Berlaimont et Seigneur de Spiennes)2.

Sur une carte datée 1772, le village de Spiennes ainsi que son moulin y sont représentés (le moulin est encerclé en rouge). Le bâtiment qui constitue le moulin est ressemblant à celui des Albums de Croÿ, même si la représentation est simplifiée. On peut voir un peu plus bas sur la carte, la ville de Mons avec ses remparts.

AGR, Cartes et Plans N° 1525, Carte figurative d'une partie des rivières de la Haine et de la Trouille et des ruisseaux y affluant depuis Mons jusqu'à Estinnes, 1772, dressée par J-E le Maire (extrait)
AGR, Cartes et Plans N° 1525, Carte figurative d'une partie des rivières de la Haine et de la Trouille et des ruisseaux y affluant depuis Mons jusqu'à Estinnes, 1772, dressée par J-E le Maire (extrait)

Philippe est fermier (mentionné en 1784) et à nouveau mentionné "Meunier" en 1785. La même année, son second fils Antoine est mentionné "Meunier" à Saint-Symphorien (village jouxtant celui de Spiennes), mais d'un Moulin à vent. Par contre, son fils ainé, DEPREZ Jean-Philippe (marié à LEROY Marie-Thérèse), reprend petit à petit le travail de son père et on le retrouve meunier à Spiennes à partir de 1794 (et il le sera jusqu'à son décès en 1805).

Veuve, Marie-Thérèse se remarie avec TOUBEAUX Jean-Baptiste en 1812 et il sera mentionné en 1814 "Meunier" à Spiennes. Dans le document de louage datant de 1814, du moulin par le Comte de Glymes à Jean-Baptiste, une petite description des lieux y est mentionnée: Moulin avec une brasserie, ainsi qu'une maison (comprenant cuisine, chambres et cabinets) avec entre-autre écuries et un fournil.

Jean-Baptiste est encore mentionné "Meunier" en 1825 à Spiennes. Le moulin passera dans les mains de Jules MELCKEBECKE vers 1865, dont la fille épousera un certain....... Albert DEPREZ (un petit petit cousin).

Le plan ci-dessous, tiré des plans POPP et daté d'environ 1865, montre le moulin.

Bibliothèque Royale de Belgique, Plan parcellaire de la commune de Spiennes avec mutations, réalisé par Philippe-Christian POPP, Cartesius (extrait)
Bibliothèque Royale de Belgique, Plan parcellaire de la commune de Spiennes avec mutations, réalisé par Philippe-Christian POPP, Cartesius (extrait)

Le moulin (le bâtiment) dont nous parlions au tout début de l'article, n'existe plus depuis bien longtemps. A la place, il y un bâtiment qui date de la fin du XIXème siècle et un autre plus "moderne" (construit vers 1920, qui fut utilisé comme Moulin quelques années). Ces bâtiments, qui ne font plus office de "Moulin", sont devenus des habitations. Il ne reste aucune trace du moulin qui fut prospère jadis. Seule une petite chute d'eau nous rappelle combien cette rivière a alimenté le moulin. Voici 2 photos, prises en août 2017, des lieux où se trouvait le Moulin de Spiennes.

Photo de l'auteur © Authome P.
Photo de l'auteur © Authome P.
Photo de l'auteur © Authome P.
Photo de l'auteur © Authome P.

1 : Albums de Croÿ, Comté de Hainaut, vol. VI, p 190, éd. Crédit Communal, 1990

2 : Collection "A la découverte de ma commune" - Spiennes, éd.  Hainaut, Culture et Démocratie asbl, 2012

 

Le prochain article sera consacré aux débuts en généalogie : Bien commencer sa généalogie.

A mercredi prochain...

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Stéphane Decarnières (mercredi, 23 août 2017 20:23)

    Histoire très intéressante sur un moulin plusieurs fois centenaire, le meunier avait une position sociale importante au village pour l'époque d'ailleurs, car de lui dépensait toutes les farines, utile pour nourrir les villageois, le pain était l'élément principale des tables de nos ancêtres, superbes photos aussi ���

  • #2

    blanche (jeudi, 24 août 2017 12:21)

    Bonjour et merci our ce fabuleux article ; quel dommage qu'ils n'aient pas conservé le moulin.
    en tout cas, c'est un beau travail de recherche.
    au plaisir!